memoires - Archive ouverte en Histoire etPhilosophie des Sciences et des Techniques Access content directly

 







DUMAS & TEL
are two repositories dedicated to research papers and Ph.D Thesis, and created by the technical unit CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe - UMS3668) .

 

 

 
DUMAS
Repository for students' Research Papers (Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance)
-> DUMAS

Last Research Paper submitted

La décimalisation du temps est un procédé essentiellement mathématique pour partager le temps et donc le mesurer. Son utilisation est simplificatrice dans de nombreux calculs liés au temps. La décimalisation du temps s’inscrit aussi dans une démarche française qui est la suite de celle sur la décimalisation du mètre faite après la révolution française. Elle apparait plusieurs fois dans les débats savants et publics entre la révolution française et le début du XIXème siècle. Pourtant ce procédé mathématique n’a jamais réussi à entrainer une réforme dans la mesure du temps de la même manière que la décimalisation du mètre. Les travaux d’un horloger, E. Macé , référencés aux Archives nationales sous le numéro F/17/3716, nous fournissent une porte d’entrée pour comprendre les marqueurs et les freins qui étaient liés à une telle réforme. Les débats des savants à la fin du XIXème siècle nous éclaireront sur les différentes possibilités pour décimaliser le temps. Une étude des procès–verbaux du Bureau des longitudes sur la période 1875-1901 nous aidera à comprendre pourquoi après une ultime tentative vers 1897 avec la Commission de décimalisation présidée par Henri Poincaré, toute réforme pour décimaliser le temps est définitivement abandonnée.

Continuer la lecture Partager

En 1750 et 1751, une campagne hydrographique est réalisée dans le golfe de Gascogne à la demande du Dépôt des cartes et plans de la Marine. Cette campagne a pour but de vérifier et de corriger des cartes marines déjà publiées de la même région. Pendant la mission, plus de 350 sondes à plomb suiffé sont relevées dans le golfe afin de mesurer la profondeur de l’eau et pour lever des échantillons du fond marin à différents points. En étudiant les diverses archives provenant de cette campagne, la chaîne de production des savoirs hydrographiques en jeu au XVIIIe siècle est exposée et déconstruite. Elle englobe chaque étape dans le processus de construction de cartes marines, de l’émergence d’un besoin aux travaux sur le terrain et à leur utilisation finale. Les archives contiennent également les données hydrographiques brutes récoltées pendant la mission. Une méthodologie pour le traitement et l’analyse de ces données hydrographiques historiques est proposée et détaillée. La chaîne de traitement passe par la transcription des données des sources archivistiques à leur standardisation et classification selon des données de référence. Les données historiques ainsi traitées sont ensuite comparées et analysées par rapport à des données actuelles équivalentes. La méthodologie développée implique l’utilisation d’outils en humanités numériques, surtout pour la visualisation via la mise en carte des données historiques traitées.

Continuer la lecture Partager

Le débat sur la nature de la relation entre écologie et écologisme repose principalement sur des présupposés épistémologiques quant au statut de l'écologie et quant à la façon dont elle doit prendre en compte les activités humaines. L'écologie peut être considérée comme une partie de la biologie, comme une science naturelle interdisciplinaire, ou comme une science interdisciplinaire qui fait le pont entre sciences de la nature et sciences de l'homme. La prise en compte de la spécificité culturelle de l'homme dans son rapport aux écosystèmes et à la biosphère dépend donc du statut que l'on donne à l'écologie.

Continuer la lecture Partager

Cette étude tente de répondre à la question "qu'est-ce que le jazz ?" en partant des spécificités musicologiques propres à cette musique pour rejoindre la pensée sociale et culturelle du jazz. Plus qu'un simple travail de définition, il s'agit d'analyser le jazz pour en extraire ses valeurs, d'interpréter les phénomènes musicaux jazzistiques en les plaçant toujours déjà dans un contexte historique et social déterminé. Penser le jazz, c'est établir son unité esthétique. Pourtant, on n'épuise pas le phénomène jazzistique à parler de swing et de sonorité : penser le jazz c'est aussi comprendre les origines musicales d'une telle musique et donc utiliser une méthode généalogique permettant de comprendre pourquoi, un jour, des hommes ont joué de la musique de telle manière. Le discours musicologique s'ouvre à la philosophie sociale et aux sciences historiques. Penser le jazz, c'est alors comprendre qu'il est une musique populaire, issu de la rencontre brutale des musique occidentale et africaine dans le contexte de la ségrégation raciale. Si certains discours sur la musique font de l'abstraction leur crédo, un discours sur le jazz semble devoir nécessairement prendre en compte les contextes socio-historiques dans lesquelles on joue du jazz. Le jazz se joue, se danse, s'incarne dans des gestes, des attitudes et des corps, et ce faisant, véhicule une pensée musicale que l'on ne peut pas comprendre si l'on s'en tient à une analyse musicologique. Penser le jazz comme pensée, ériger le jazz en porte d'entrée privilégiée d'une culture américaine naissante, comprendre l'encrage de la musique de jazz dans la Weltanschauung américaine sont les enjeux de cette étude qui donne en outre des pistes tant méthodologiques que généalogiques pour entreprendre une analyse des musiques populaires postérieures au jazz.

Continuer la lecture Partager

Ce mémoire s'intéresse aux collaborations possibles entre Intelligence Artificielle et philosophie. Il montre que les deux disciplines peuvent partager des objets, des théories et des résultats pour apprendre l'une de l'autre. La stratégie de ce mémoire consiste à expliciter des relations épistémologiques entre les problématiques propres aux deux disciplines ("IA faible" et "IA forte"), afin de définir des modes de collaboration sur le plan disciplinaire. La deuxième partie de ce mémoire présente les travaux de philosophes et de spécialistes de l'IA, depuis les débuts de l'Intelligence Artificielle jusqu'aux années 80. Elle expose les démarches collaboratives exploitées par ces chercheurs, de manière implicite ou explicite. La troisième partie présente des travaux où la philosophie sert de socle conceptuel à l'Intelligence Artificielle, notamment en ce qui concerne la simulation de phénomènes émergents. La quatrième partie réalise un renversement des relations classiques entre les deux disciplines. C'est au tour de l'Intelligence Artificielle de se mettre au service de la philosophie, en formulant de nouvelles hypothèses de recherche ou en testant les théories philosophiques à partir de cas concrets. Ce mémoire, enfin, espère œuvrer pour le rapprochement des deux disciplines et ainsi encourager philosophes et spécialistes de l'IA à collaborer sur les sujets qui leurs sont chers.

Continuer la lecture Partager

Les derniers écrits (1946-51) de Wittgenstein s'occupent principalement de philosophie de la psychologie et s'attaquent à certaines théories classiques de l'esprit, que les commentateurs qualifient de mythologies. Notre travail consiste à évaluer la possibilité de la présence de ces mythologies de l'esprit à l'intérieur des théories construites par les sciences psychologiques ainsi que les implications sur la psychologie que cette présence est susceptible d'avoir. En nous appuyant sur certains des points centraux de la critique wittgensteinienne (l'usage ordinaire, la distinction conceptuel / empirique, etc.), nous montrons qu'il est envisageable de dégager des thèses, d'inspiration wittgensteinienne, délimitant les prétentions de la psychologie. L'œuvre de Wittgenstein fournirait donc un outil, dans une mesure que nous nous efforçons d'apprécier, pour une mise en débat de la scientificité de la psychologie, en particulier des neurosciences cognitives.

Continuer la lecture Partager

 

 
TEL
Repository for the archiving of Ph.D theses
(Thèses En Ligne)
-> TEL

Last Ph.D. submitted

Cette thèse retrace l’histoire d’une tentative : utiliser le rayonnement solaire pour réduire la dépendance de l’architecture aux énergies fossiles. Depuis les tensions sur les ressources provoquées par la Seconde Guerre mondiale jusqu’au tournant nucléaire des années 1980, ce que ses contemporains ont parfois nommé l’« architecture solaire » a donné lieu à l’invention de dispositifs techniques, à la réalisation de bâtiments expérimentaux et à la formulation de savoirs théoriques. La thèse analyse en quoi ces travaux ont cherché à redéfinir les rapports entre architecture et environnement dans la France d’après-guerre, tout en examinant les circulations avec l’Afrique du Nord et de l’Ouest et l’Amérique du Nord. Elle développe une approche qui se situe à l’interface entre histoire de l’architecture, histoire des techniques et histoire environnementale, et se structure en deux parties. On montre d’abord comment l’architecture solaire a émergé comme un outil au service des politiques de colonisation et de développement, afin de fournir directement en énergie des établissements humains éloignés des infrastructures modernes dans le Sahara et le Sahel, tout en s’adaptant au climat du désert. Des figures qui ont joué un rôle central dans cette émergence, comme le scientifique Félix Trombe et les architectes Georges et Jeanne-Marie Alexandroff, ont ensuite poursuivi leur trajectoire en métropole. Dans un second temps, on analyse comment les recherches sur le solaire se sont déplacées et amplifiées pour constituer la principale tentative d’intégration des préoccupations écologistes à l’architecture, dans le contexte de la crise pétrolière des années 1970. Des controverses sur les choix technologiques et la recherche de traditions esthétiques ont animé cette discussion, avant que les travaux sur le solaire ne connaissent un déclin brutal au milieu des années 1980. En conclusion, on considère l’héritage de l’architecture solaire en la replaçant dans un cadre élargi. Cet épisode nous conduit à nous interroger sur les origines coloniales des tentatives d’adaptation au climat par l’architecture, sur leur occultation et leur reconnaissance. L’architecture solaire est également caractérisée comme une alternative, une trajectoire finalement marginalisée dans la « grande accélération » de l’impact des activités humaines sur l’environnement, dont la redécouverte a vocation à interroger notre présent.

Continuer la lecture Partager

Nous défendons l’hypothèse que l’addiction est un désordre de type spectre, que cela permet de rendre compte des formes de son expression, d’unifier le phénomène et d’en proposer une explication sur la base d’un mécanisme commun à toutes les formes d’addiction, que le modèle dominant, le BDMA organise les résultats des neurosciences à partir d’engagements théoriques issus de la théorie du choix rationnel et faisons l’hypothèse que cette théorie idéaliste contestée ne convient pas et considérons l’addiction à partir des avancées de la psychologie behavioriste sous l’angle d’une rationalité limitée. L’addiction apparaît alors comme relevant de l’akrasie. Nous faisons l’hypothèse qu’il n’existe qu’une addiction, qu’elle est toujours une addiction à un comportement d'adaptation qui a d'abord été considéré comme efficace, redéfinissons le concept, proposons qu’elle se manifeste par une structure de choix spécifique, que ce choix addictif a un jour été le nôtre, que sa réactualisation rappelle une jurisprudence que nous avons rendue, proposons qu’elle peut être considérée comme une maladie. Nous tirons ensuite les conséquences éthiques.

Continuer la lecture Partager

A Taïwan, les céramiques cordées imprimées sont attestées pendant tout le Néolithique ancien et moyen, de 6000 BP à 4000 BP, soulevant la question de l’uniformité des récipients céramiques imprimés aux mêmes époques dans les différentes régions de Taïwan. Cette uniformité serait le résultat de migrations ou d’interactions entre les communautés. La région du sud-est de Taïwan n’avait été jusqu’à présent que peu étudiée et peu intégrée aux débats sur les communautés constituant le Néolithique moyen. Dans cette thèse, nous abordons la question des communautés du Néolithique moyen dans le sud-est de Taïwan et de leurs interactions. L’ambition est de caractériser le Néolithique Moyen de cette région à partir des traditions potières et de leur évolution. Pour ce but, nous avons mené une étude technologique des assemblages céramiques des sites de la Baie de Dulan, Chaolaiqiao et Fushan. Le site de Chaolaiqiao a fait l’objet de fouilles afin d’obtenir des données chronologiques détaillées. Les assemblages céramiques ont été étudiés selon l’approche technologique. Une étude comparative a été menée ensuite sur les assemblages du site de Fushan dont l’occupation est légèrement postérieure à celle de Chaolaiqiao. Les résultats obtenus révèlent une même tradition partagée entre les deux sites. Elle se caractérise par l’ébauchage par modelage et le préformage par battage imprimé, ainsi que par une gamme de récipients répartis entre céramiques imprimées et non-imprimées. Le partage d’une même tradition entre les deux sites témoigne d’une même population. Par ailleurs, les proportions de céramiques imprimées et les types de récipients permettent de définir trois étapes successives au cours du Néolithique moyen, sachant que Chaolaiqiao et Fushan correspondent à des périodes d’occupation successives. L’évolution est continue, sans aucune rupture entre le début et la fin du Néolithique moyen. Une comparaison avec les assemblages céramiques de trois sites majeurs du sud-est de Taïwan, Peinan, Kenting et Donghebei, ont permis d’élargir nos hypothèses à l’ensemble de la région. L'analyse technologique des assemblages céramique montre que les mêmes traditions potières étaient pratiquées par les différentes communautés du Néolithique moyen du Sud-Est de Taïwan. Cette pratique commune signale une même manière de faire transmise au sein des groupes, et donc une même population. Par ailleurs, l’évolution continue observée dans la baie de Dulan est attestée sur les autres sites. Les différentes dates d’occupation des sites et leur durée suggèrent une expansion de la population d’origine en petits groupes dans l’ensemble du sud-est de Taïwan avec Kenting au sud, et Donghepei au nord. Des liens forts lient ainsi l’ensemble des sites du Néolithique moyen du sud-est de Taïwan dont on peut dire désormais qu’ils appartiennent au même ensemble culturel.

Continuer la lecture Partager

Nous reconsidérons les arguments de Zénon d’Élée dits de l’« Achille » et de la « Dichotomie », en réunissant les perspectives de plusieurs disciplines, dont l’histoire de la philosophie ancienne, l’histoire et la philosophie des mathématiques, et la philosophie du temps. Nous soutenons que les réponses ordinairement données à ces arguments au XXe siècle, d’après lesquelles la mathématique moderne nous donne les moyens de dissoudre l’aporie, sont erronées et s’accompagnent d’une vue faussée sur le problème originel, notamment sur le concept d’infini qu’il implique. Dans la première partie, nous étudions les sources sur Zénon et sur son contexte de réception, pour établir que l’infini est chez lui second par rapport à l’idée d’inachevabilité, qui découle d’un mode de raisonnement nouveau qu’on peut nommer « itératif indéfini ». Nous examinons comment Zénon a utilisé ce raisonnement dans l’élaboration d’apories dialectiques, et comment l’ensemble des systèmes antiques étaient susceptibles de résoudre ces dernières. Dans la seconde partie, nous défendons l’aporie zénonienne du mouvement. Nous montrons qu’elle repose sur un principe que nous nommons « principe d’achevabilité », lui-même ancré dans notre intuition temporelle du passage. À travers la considération de la littérature sur les « supertasks », des problèmes concernant la réalité et la nature du temps, des différents concepts d’infini, et de la réflexion métamathématique, nous montrons à la fois pourquoi les théories de l’infini mathématique sont, de fait, la seule raison conduisant à rejeter le principe d’achevabilité, et pourquoi elles ne sont pas, de droit, en mesure de justifier ce rejet.

Continuer la lecture Partager

Jean-Jacques Rousseau est l'un des philosophes les plus importants pour les intellectuels chinois dans le XXe siècle. Cette étude se concentre d'abord sur les différents groupes de la société, pas seulement les intellectuels, mais aussi la moyenne des gens et comment ils ont été inspirés par Rousseau. Deuxièmement, les documents historiques employés ne sont pas limités à des commentaires politiques, des articles académiques, mais sont également inclus un certain nombre de romans, de pièces de théâtre ou d'autres œuvres littéraires. Afin de donner une interprétation complète de ce sujet, l'auteur emploie surtout les copies d'examen impérial à la in des Qing, qui est une percée des sources historiques sur le thème similaire. En résumé cette thèse est une exploration de ce thème mais il ya encore quelques problèmes qui devraient être modifiés pour les études plus approfondies comme la complexité de la pensée de Rousseau en Chine. La première partie de la thèse rassemble plus de deux cents documents historiques mentionnant Rousseau. En analysant les sources historiques selon le temps, les auteurs et les types, la thèse révèle un parcours historique : comment se propagent les idées de Rousseau à al fin des Qing? La deuxième partie de l'article se concentre sur l'élite intellectuelle et la façon dont elle accepte et comprend les pensées de Rousseau. Selon la base de données historiques de cette thèse, à la fin des Qing, Liang Qi-Chao est l'intellectuel qui a le plus promu les idées de Rousseau. Son attitude envers Rousseau se détourne de la louange et soupçonne et critique. Du point de vue de l'historie de la civilisation humaine, Liang détient toujours une position "stable" sur Rousseau. Les élites révolutionnaires ont eu un mode de propagation spécial de la pensée de Rousseau. Leur système de propagande a couvert tous les secteurs de la société. Yan Fu, malgré qu'il ait critiqué la philosophie politique de Rousseau, a également reconnu la contribution de Rousseau en tant qu'éducateur. La troisième partie traite de la littérature populaire, des œuvres littéraires, qui révèlent comment les valeurs des Lumières de Rousseau ont inspiré les Chinois à la fin de Qing. En analysant les feuilles d'examen impérial, en particulier dans le cadre de "stratégie-question", la thèse montre un phénomène de "conflit" au sein de la gentry à propos de Rousseau et dévoile les défis et les réponses de la gentry, en tant que défenseur de l'ordre social traditionnel à la fin de la dynastie Qing.

Continuer la lecture Partager

A l’opposé des spectacles traditionnels iraniens qui sont un sujet exploré depuis des années par la recherche théâtrale notamment à l’extérieur des frontières iraniennes, l’étude du « théâtre en Iran » est encore à ses balbutiements. La présente étude se concentre sur une période cruciale de l’histoire contemporaine iranienne où dans un contexte très agité les efforts sincères de trois initiés : Mir Seyfeddin Kermanshahi, Abdolhossein Noushin et Shahin Sarkissian parviennent au lancement d’un théâtre qui se réclamant de l’art, dépasse le cadre du simple divertissement ou de la pure propagande et est capable de méditer sur les interrogations fondamentales du peuple iranien notamment la question de l’identité. Le facteur déterminant à prendre en considération dans leur parcours est sans doute leur formation on Occident, en Russie et en France, et leur rencontre avec le mouvement européen du Théâtre d’Art.

Continuer la lecture Partager

La presente Tesis doctoral ha tenido como objetivo reconstruir el panorama teórico-crítico producido en torno al género épico durante el periodo de la Ilustración (c. 1650-1800) entre Francia, Inglaterra y España. Partiendo de la elaboración de un corpus de textos poetológicos, este estudio identifica y analiza las diferentes ideas que acompañan al género a lo largo del proceso en el que su identidad literaria, consolidada por la tradición de la poética clasicista, se abre paso hacia nuevas propuestas que alteran sus rasgos estético-literarios y que permiten su cercanía con otros nuevos géneros en los estadios previos de la Modernidad. Los resultados de la investigación no solo permiten reconstruir la trayectoria y el declive del género épico a lo largo del siglo XVIII en Europa, sino que también discuten los límites de las definiciones de la teoría literaria que solo ha considerado la arcaica y mítica epopeya griega para su análisis sobre el género. En definitiva, este trabajo indaga los fundamentos teóricos de la progresiva desaparición del género épico a la vez que ofrece una nueva lectura sobre su estado en un periodo histórico en el que se considera poco más que inexistente.

Continuer la lecture Partager

Dans le mouvement d'extension de la portée sociale du logiciel libre s'est constituée une utopie, qui constitue un pan de l'imaginaire politique contemporain. Cette utopie s'étend désormais bien au-delà de son milieu socio-culturel d'origine (le milieu hacker), du fait des liens tissés entre " libristes " et défenseurs des " biens communs ", du poids croissant de l'approche open source, et à proportion de l'intérêt suscité par le logiciel libre chez certains intellectuels critiques à partir de la fin des années 1990. Reprenant l'idéal cybernétique de libre circulation de l'information, l'utopie du logiciel libre se présente comme une contestation de la vision néolibérale de la propriété intellectuelle, et comme une critique des formes d'organisation du travail caractéristiques du capitalisme industriel. Elle se déploie en tant qu'" utopie concrète " (E. Bloch), mettant en jeu des pratiques de collaboration en ligne, des créations juridiques originales, et des formes de militantisme. Elle embrasse un idéal d'auto-organisation de la société civile, fondé sur la valorisation d'un domaine d'activités sociales distinct tant de l'État que du marché. Elle est toutefois condamnée à demeurer en deçà de cet idéal, et reste par ailleurs toujours menacée par les séductions du mythe et les renoncements de l'idéologie.

Continuer la lecture Partager

Originaires de Pavie, Antonio Guaineri (v.1390-1458) et son fils Théodore (1449-v.1509) connurent tous deux une riche carrière médicale. Physicien d’Amédée VIII de Savoie puis de Jean-Jacques de Montferrat pour le premier, au service des rois de France Charles VIII et Louis XII pour le second, ils incarnent l’émergence du médecin de cour. La lecture croisée de leur bibliothèque personnelle et de leurs propres œuvres permet de mettre en évidence la dimension pratique de leur médecine, qui fait dialoguer autorités scientifiques et expérience personnelle. En outre, l’étude des cas médicaux décrits dans leurs traités offre un regard nouveau sur la relation thérapeutique au XVe siècle. Enfin, loin de se limiter au seul médecin, leurs écrits accordent une place aux autres acteurs du soin – qu’ils soient reconnus dans l’exercice de leur art, ou que leurs pratiques se déploient en marge de la médecine institutionnelle.

Continuer la lecture Partager

En Occident au XIIIe siècle, pour répondre au nouvel afflux de connaissances issues des traductions gréco-latines et arabo-latines du siècle précédent, s'organisent des milieux d'enseignement et de diffusion, sinon de vulgarisation de la philosophie et de la science. Les universités naissent alors, mais les collèges d'ordres religieux surtout s'établissent en relais du savoir ; parmi eux, les ordres mendiants prennent une part essentielle. En parallèle se met en place un outillage mental et intellectuel capable d'assimiler et de manier ces nouveaux contenus qui ouvrent peu à peu à une autre conception du monde : on découvre les œuvres sur la nature d'Aristote après avoir usé longuement de sa seule logique. On comprend mieux Platon à la lumière des écrits arabes. On décrit les astres, les animaux, les plantes, les maladies, grâce à des critères qui mêlent à la fois une typologie neuve influencée par Aristote et des héritages de l'Antiquité tardive. Dans ce processus dynamique, Arnold de Saxe est un des premiers à satisfaire une telle demande intellectuelle en offrant une compilation-florilège de philosophie naturelle et morale intitulée "De floribus rerum naturalium" ; celle-ci compte quatre livres de véritables "fleurs de la nature" et un cinquième consacré à la morale où s'organisent des citations puisées dans la littérature latine disponible. Ce travail de doctorat s'intéresse à Arnold de Saxe à travers une étude complète de l'ensemble de sa production, qui permet de déterminer quels furent son milieu d'activité et son époque, la France et l'Allemagne des deuxième et troisième quarts du XIIIe siècle. Avant cette étude, Arnoldus Saxo, Arnoldus Luca ou Arnoldus de Saxonia n'était connu qu'à travers le "De floribus" (erronément appelé "De finibus" par V. Rose), qu'on situait entre 1220 et 1230. L'étude met au jour huit nouveaux manuscrits de l'ouvrage encyclopédique qui s'ajoutent aux quatre déjà connus [depuis la thèse déposée en nov. 2000, j'ai découvert deux autres manuscrits partiels du De floribus rerum naturalium]. En outre, la thèse a permis la découverte et l'étude de trois autres ouvrages du même auteur : un traité de médecine "a capite ad calcem" qui intègre les progrès récents de la science médicale ; un dialogue en forme de disputatio en quatre parties sur les vertus et des vices ("De iudiciis virtutum et viciorum"), et une brève " consolation " imitée de celle attribuée à Sénèque. La thèse, centrée sur l'histoire des textes et l'assimilation du savoir, caractérise les sources d'information philosophiques et scientifiques d'Arnold de Saxe. Chacune des œuvres dont l'auteur a fait des extraits est identifiée précisément, l'origine possible de l'information est caractérisée, et l'utilisation qu'en fait Arnold de Saxe est comparée à celle des philosophes contemporains. L'analyse est articulée sur les matières présentes dans la production de l'auteur : physique du ciel et de la terre ; animaux, plantes et médecine ; minéralogie ; morale. Dans ces différents domaines, la documentation est composée d'un tiers de traités sous le nom d'Aristote, dont les petites œuvres authentiques sur la nature et quelques textes importants comme les Météorologiques, ou le De animalibus, et l'Ethique, mais aussi de nombreux pseudépigraphes, comme le "De causis" néoplatonicien ou un De speculis (Catroptique d'Euclide). S'ajoutent au corpus aristotélicien des textes issus de la tradition médicale et hermétique arabe, dont certains sont peu répandus mais se couvrent de noms connus comme Pythagore, Esculape ou Hermès. Les versions de tous ces textes sont des traductions gréco-latines de Jacques de Venise et Burgundio de Pise, et arabo-latines de Dominicus Gundissalvi, Johannes Hispanus, Jean de Séville et de Limia, Gérard de Crémone et Michel Scot ; toutes ces traductions sont antérieures à celles de Robert Grosseteste et de Guillaume de Moerbeke. Les joyaux de l'Antiquité, sertis dans la monture du christianisme mais souvent transformés et légués par les Arabes, devaient une certaine lumière à la tradition hermétique. La troisième part du corpus documentaire d'Arnold de Saxe est constituée d'œuvres latines anciennes, dans le domaine de la cosmologie et de la morale : Macrobe et Martianus Capella y côtoient Sénèque et Cicéron. Le tout forme un ensemble qui hésite entre néo-platonisme et aristotélisme de la pensée, entre tradition et nouveauté de la documentation. Arnold de Saxe a collecté cette documentation au début de son activité, dans une sorte de compendium qui ne semble pas avoir survécu. L'auteur fait mention de cette première étape de son travail sous l'intitulé vague de "Sermo de libris philosophorum", dont les sources du "De floribus rerum naturalium" sont manifestement en grande partie issues. Arnold de Saxe leur sera fidèle par volonté et dépendant par nécessité : il s'applique à respecter la lettre, tout en abrégeant de manière sévère, et il utilise la documentation disponible, quelle que soit sa qualité. Le "De uirtutibus lapidum" (Livre des pierres) est la part scientifique la plus originale de l'encyclopédie naturelle "De floribus", dont elle constitue un traité particulier plusieurs fois remanié ; elle est aussi celle qui aura un succès immédiat considérable via la reprise intégrale de son contenu chez Albert le Grand, (De mineralibus, tr. 2 et 3), et Vincent de Beauvais (Speculum naturale, livre VIII). Au "De floribus rerum naturalium" en quatre livres sera ajouté un cinquième, "De moralibus", qui a également circulé comme œuvre indépendante. Le traité de médecine (Practica medicine) qui a suivi ces premiers travaux assimile les apports de l'école de Salerne et fait preuve d'une connaissance de l'évolution médicale contemporaine. En effet, Avicenne y tient une place importante en rival de Constantin l'Africain et un chapitre particulier est consacré à la maladie d'amour (De amore hereos). Le traité éthique des vertus et des vices, rédigé en fin de parcours sous la forme d'un dialogue scolastique aux accents d'humanisme chrétien, s'inspire surtout des auteurs antiques, déjà cités dans le "De moralibus", la cinquième partie du De floribus. L'homme et le démon s'y affrontent verbalement l'homme et le démon sous l'œil du juge suprême qu'est Dieu. Paradoxalement pour un tel sujet, on n'y trouve ni sentences bibliques ou patristiques, ni préceptes religieux issus de textes médiévaux, car Sénèque y domine sur l'Ethique d'Aristote. Le penchant stoïcien se confirme dans la courte "consolation". En plus de ces œuvres, il est possible qu'Arnold de Saxe soit l'auteur d'une introduction à l'astronomie/astrologie, trouvée dans un manuscrit copié à Bâle au début du XVe siècle. A partir du contenu de ses œuvres, destinées surtout à répondre à l'"utilitas" d'une communauté qu'il est difficile de caractériser, on ne peut faire d'Arnold de Saxe un penseur ; mais il s'agit d'un "philosophe" au sens médiéval du terme, dans la mesure où il produit une œuvre de compilation multiple et originale à partir de la seule littérature profane et est rompu aux techniques intellectuelles de son temps. Naturaliste, féru de médecine, c'était aussi un enseignant amoureux de la morale classique. Sa diffusion, relativement limitée, fut surtout germanique (manuscrits d'origine allemande et du tiers nord de la France). En revanche, sa réception, pour l'étude des pierres et la description du monde animal, fut immédiate dans la littérature didactique, chez le franciscain Barthélemy l'Anglais et chez les dominicains Vincent de Beauvais et Albert le Grand. Arnold a alimenté, dans le De mineralibus d'Albert le Grand, la conception hermétique de la "vertu universelle" et de la vertu spécifique qu'on trouve chez Avicenne pour expliquer l'action thérapeutique de certaines substances et voir dans tout élément naturel un principe actif ; il a aussi fourni à Albert toutes les citations d'Evax et Aaron et la plupart des extraits du lapidaire d'Aristote. Arnold de Saxe a par ailleurs été le relais de savoirs qui se seraient sans lui perdus, comme la biologie des plantes et des animaux de Iorach (qu'il faut identifier avec Iuba, roi de Mauritanie, qui écrivit en grec au Ier siècle) et le traité des pierres attribué à Aristote dont il retient entre autres les notions de pôle et d'aimant. Arnold de Saxe conserve des extraits de la minéralogie d'Aristote en deux versions distinctes, secundum Dioscoridem et secundum Gerardi, ce qui met sur la piste d'une traduction de Gérard de Crémone qui n'avait pas été mise au jour jusqu'ici. L'analyse de sa documentation et des influences qu'il subit ou qu'il propage montrent que les foyers de l'activité d'Arnold ont dû être Magdeburg, où il connut sans doute le franciscain Barthélemy l'Anglais qui s'y trouvait dès 1231 (le manuscrit d'Heidelberg attribue le traité des pierres à Arnoldus Saxo Magdeburgensis); Cologne, où il rencontra peut-être le dominicain Albert le Grand qui y fut lecteur, comme l'induisent les citations réciproques (Albert est cité dans le traité de médecine) ; Paris, où il croisa sans doute les médecins du temps et fit connaître son encyclopédie ; Erfurt peut-être, où ses œuvres sont conservées mieux qu'ailleurs. Faut-il voir dans Arnold de Saxe, appelé "Arnoldus Luca Magdeburgensis" dans le manuscrit d'Heidelberg, le maître de l'école cathédrale de Magdeburg, qui disparaît des documents diplomatiques vers 1243 ? Arnoldus Luca n'est-il pas aussi l'"Arnoldus Luscus" dominicain expérimenté en astronomie que cite avec admiration Berthold von Moosburg, un disciple de l'albertinisme à Cologne au XIVe siècle ? En dehors de l'histoire des textes, des documents qui l'attesteraient restent encore à découvrir. Comme les autres encyclopédistes de son époque, le Saxon a privilégié une information tirée d'auteurs qui nourrissaient déjà une volonté de synthèse totale, c'est-à-dire - pour ce qui le concerne - Aristote, Avicenne, Constantin l'Africain. Mais il a évité pour sa part les textes rabattus de Pline et d'Isidore de Séville pour se tourner vers ce qu'il appelle des "philosophes modernes", à savoir les médecins et naturalistes arabes, Aristote, mais aussi Sénèque, Boèce et Martianus Capella. Ensemble, ces "auctoritates" donnent au "De floribus rerum naturalium" l'allure néoplatonisante d'une synthèse naturaliste faite de métaphysique, de physique et d'éléments hermétiques qui accompagnèrent le célébrissime Aristote à travers les étapes de sa transmission grecque, syriaque, arabe et latine.

Continuer la lecture Partager